CHAT DÉBORDE

Nous sommes saisis de très nombreuses demandes d’abandons de chats.70 chats vivent à Beauregard !
Nos locaux ne sont pas extensibles et nous ne pouvons pas en loger plus, ni assumer plus de frais vétérinaires (40 000 euros par an) ni de charges salariales.

« Vous voulez sauver des centaines de chats ? C’est simple!!!! Stérilisez votre chatte ! »

Nos interlocuteurs se montrent peu enclins à comprendre la situation et nous sommes souvent confrontés à des réactions pas très sympathiques. Difficile parfois de garder son sang froid !

J’ai moi-même bien du mal à regarder ces pauvres chats en cages ou en chatteries.

Il y a les jeunes encore pleins de vigueur et de vaillance, qui déambulent sans relâche pendant des heures, d’un angle à l’autre de la chatterie, d’une manière mécanique ; les révoltés qui sursautent au moindre souffle, grondent, crachent, tendant parfois rageusement la patte à travers les barreaux pour s’accrocher au vide ; les tristes, vaincus d’avance, frileusement pelotonnés dans le recoin le plus discret ; les clowns mélancoliques qui ont encore la force de tenter des facéties et pitreries dérisoires, jouant avec une balle ou une feuille morte.

Il y a aussi les déments, les égarés qui s’égosillent dans leur cage en interminables et stridents miaulements à fendre l’âme, les bagarreurs qui s’accrochent rageusement au moindre de ses congénères qui ose l’approcher.

Comment en ajouter d’autres dans ces chatteries et infirmeries tristement surpeuplées ?

Voilà ce que je tente d’expliquer à mes interlocuteurs… mais ils ne m’en laissent pas souvent le loisir.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email